Tout savoir sur la réalité virtuelle appliquée au domaine des démences

La réalité virtuelle consiste en la représentation de scènes ou d’images d’objets, produites par un système informatique qui donne la sensation de leur existence réelle. Cette technologie permet l’immersion dans un monde créé artificiellement. Et elle porte les expériences à un autre niveau, vous permettant même de vous mettre dans la peau d’une autre personne (incarnation virtuelle).

L’avancée de la technologie a permis d’appliquer la réalité virtuelle à des domaines tels que l’éducation ou la médecine. Plus précisément, vous allez vous intéresser à son application dans le domaine des troubles neurocognitifs, ou démences. Comment pensez-vous que la réalité virtuelle puisse améliorer la qualité de vie de ces personnes ? Découvrez-le.

Une plongée dans le monde des démences

Les démences sont des syndromes acquis produits par une cause organique capable de provoquer une détérioration persistante des fonctions mentales supérieures. Il en résulte une incapacité fonctionnelle.

Elles affectent principalement les fonctions exécutives, c’est-à-dire la mémoire, le langage, l’attention, la capacité de raisonnement, l’orientation spatio-temporelle.

Habituellement, la maladie commence à se manifester par de légers oublis dans les activités quotidiennes, des pertes de mémoire à court terme, une désorientation, des difficultés à effectuer certaines tâches. Au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, il est fréquent d’avoir des problèmes pour effectuer les activités quotidiennes, des troubles du comportement et même des difficultés à se repérer.

Actuellement, le terme « démence » a été remplacé par « troubles neurocognitifs ». Cela a permis d’élargir sa définition pour inclure des degrés de déficience plus légers, en ne considérant pas seulement ceux dus à la démence dégénérative. Elle a également permis d’inclure les dysfonctionnements chez les jeunes résultant, par exemple, d’un traumatisme cérébral.

Parmi les causes des troubles neurocognitifs, on trouve, entre autres : les démences corticales telles que la maladie d’Alzheimer, la démence à corps de Lewy, la démence frontotemporale, la démence vasculaire et les démences sous-corticales, telles que celles causées par le VIH, la maladie de Huntington ou la maladie de Parkinson.

L’OMS estime que 60 à 70 % des dix millions de cas de démence sont dus à la maladie d’Alzheimer. On estime qu’en quelques année, le nombre de personnes atteintes de démence atteindra 76 millions dans le monde.

Recherche et détection précoce par la réalité virtuelle

Le fonctionnement normal des mécanismes neuronaux activés dans la navigation spatiale est étudié. Il est ainsi possible d’étudier l’évolution de ce système au fil des ans, de détecter précocement les altérations et de prévenir leur détérioration.

Un jeu vidéo est devenu la plus grande recherche sur la démence au monde, avec des données provenant de plus de quatre millions de personnes, soit l’équivalent de 12 000 années de recherche. Avec son saut dans la réalité virtuelle, il a permis d’obtenir des données beaucoup plus précises.

Un autre exemple est une étude menée au Centre des maladies neurodégénératives qui a montré que le niveau de capacité des jeunes à naviguer dans des labyrinthes visuels peut aider à prédire la probabilité d’un Alzheimer à l’avenir.

Dans le même ordre d’idées, on a réussi à analyser les signes précoces de la maladie d’Alzheimer, avant que la maladie ne montre son visage.

La réalité virtuelle utilisée pour la compréhension des maladies et la formation des soignants

Souvent, en tant que proches d’une personne atteinte de démence, on n’est pas en mesure de se mettre à la place de cette dernière. Cela peut limiter la qualité des soins qu’on fournit ou même se rendre moins sensibles à leurs besoins parce qu’on ne les connait pas directement.

Une entreprise a créé, en collaboration avec le centre de recherche sur la maladie d’Alzheimer, l’expérience virtuelle a montré une promenade à travers la démence. Cette expérience vous permet de vous mettre dans la peau d’une personne atteinte de démence et d’éprouver les difficultés qu’elle rencontre dans ses activités quotidiennes. Quelle meilleure façon de sensibiliser les gens que d’en faire l’expérience directe ?

On a conçu des simulations pour former les membres de la famille, les aidants et les soignants : pour les préparer aux changements qui peuvent survenir au fur et à mesure que la maladie se développe. Les patients pensaient que si les soignants ou les thérapeutes étaient capables de se mettre à la place du patient, ils seraient de meilleurs soignants.

Stimulation cognitive et traitement de la démence par la réalité virtuelle

La réalité virtuelle et la réalité augmentée sont des domaines encore à l’étude. Mais, heureusement pour ces patients, des résultats tout à fait encourageants ont été obtenus et ouvrent une porte vers la découverte d’un remède aux démences. L’application des techniques de réalité virtuelle aux premiers stades de la maladie peut contribuer à la ralentir.

La réalité virtuelle n’est pas seulement utilisée pour favoriser la stimulation cognitive et augmenter la réserve cognitive, mais son utilisation est également très importante pour améliorer l’humeur. Il est très prometteur d’un point de vue affectif et émotionnel. L’une des premières zones touchées dans la maladie d’Alzheimer est l’hippocampe et les neurones qui le composent.

Stimuler cette zone peut contribuer à améliorer l’humeur de ces patients. Il existe une série de courts métrages dans lesquels, grâce à la réalité virtuelle, des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer sont ramenées à des moments heureux de leur vie et ont l’occasion de revivre des moments historiques. De cette manière, il est possible de réaliser la thérapie par la témiscence, qui permet de renforcer l’identité des patients.

En outre, à des stades plus avancés de la maladie, des problèmes de comportement et de contrôle des impulsions peuvent commencer à apparaître.

À ce stade, la réalité virtuelle est utilisée comme un moyen de rassurer les patients. Il réduit leur niveau de stress et d’anxiété jusqu’à 70 %. Il s’agit d’une technique de distraction très efficace dans ces cas.

Un grand pas pour l’homme et un très grand pas pour la maladie

Même si vous avez parfois l’impression d’être de véritables esclaves de la technologie, obligés de rester à la page, la vérité est que le progrès technologique vous offre des possibilités qui, il y a quelques années, n’étaient imaginables que dans le scénario d’un film de science-fiction futuriste.

La réalité virtuelle n’est pas non plus un remède à la maladie, mais toutes les recherches et les données qu’elle vous fournit vous permettent de vous rapprocher chaque jour un peu plus de la solution. Pour l’instant, il faudra se contenter d’outils et de traitements qui améliorent la qualité de vie et ralentissent la progression de la maladie, ce qui n’est pas rien, et améliorent l’humeur des patients, ainsi que la formation de leurs soignants.

Comment choisir un boîtier de PC silencieux ?
Les accessoires indispensables pour les joueurs de PC !